Responsables du projet : Violeta Ferrer et Patricia Marin (A la Vista)

Référent Fondation Ducret : Nathalie Boulbin

Contexte :

La violence domestique existe, elle doit être rendue visible par tous les moyens, de façon permanente et de manière publique. Vu le nombre malheureusement croissant des violences domestiques dans notre pays et ses conséquences maintenant scientifiquement prouvées sur le développement des enfants, que ce soit au niveau de leur santé, (augmentation des taux d’anxiété, de dépression, de symptômes traumatiques ) de leur relation avec les autres et de leurs comportements futurs (comportements agressifs et anti sociaux, comportements d’inhibition et de peur) ou de leur capacité scolaire amoindrie, il est indispensable de s’engager dans cette lutte même s’il est très difficile de pénétrer la sphère de la famille.

Projet :

Afin de contribuer à la lutte et à la prévention de la violence domestique et de ses effets sur les enfants, la Fondation Ducret soutient la production, la diffusion et la promotion élargie du film reportage et outil de sensibilisation et d’information sociale : Violences domestiques. Conséquences sur les enfants.

Le reportage Invisible éléphant sera diffusé en deux versions : en français et doublé en allemand, de manière permanente sur le site www.associationalavista.ch, sur la chaîne YouTube Carrefourstv, sur les sites internet des institutions partenaires du projet et sur les sites de toutes les institutions publiques et privées travaillant sur cette problématique et qui souhaitent le diffuser. Il sera aussi diffusé sur les chaînes de télévision régionales de la Suisse romande : Léman Bleu, La Télé et Canal 9 et sur les chaînes de télévision suisses-allemandes qui le souhaitent.

Public cible et bénéficiaires indirects :

L’ensemble de la population de  Suisse romande et de  Suisse alémanique, les internautes francophones et germanophones, toute personne – femmes, hommes, enfants  – confrontée à la violence domestique, toute personne en quête d’information sur cette thématique, institutions, associations et fondations agissant dans la prévention de la violence domestique en  Suisse romande et  Suisse alémanique, institutions académiques, médias et journalistes de Suisse romande et de Suisse alémanique. De nombreuses institutions publiques et associations faitières utilisent les Reportages et les Actualités de l’Association A la Vista comme outils pédagogiques et d’information sociale.

 

Responsable du projet : Lucien Bourquin (Idéesport)

Référent Fondation Ducret : Nathalie Boulbin

Contexte :

Depuis 1999, La Fondation Idéesport met à disposition des jeunes, dans toute la Suisse, des espaces pour le mouvement et les rencontres, la prévention des addictions, la promotion de la santé et l’intégration sociale des jeunes, en particulier ceux issus de milieux socio-économiques défavorisés.

Projet :

La Fondation Pierre-Henri Ducret a décidé de soutenir trois de leurs programmes

  • Open Sunday, Bussigny, enfants de 6 à 12 ans: Une offre ludique de promotion de la santé, qui propose diverses activités sportives et ludiques. Ces évènements offrent une grande liberté́ au niveau de l’organisation familiale puisqu’ils sont gratuits, qu’il n’est pas nécessaire de s’inscrire à l’avance et que les participants peuvent venir et partir quand ils le souhaitent. Le mouvement est au cœur des animations organisées. Plusieurs activités sont installées dans la salle par l’équipe encadrante, composée d’adultes et de jeunes coaches habitant la région. Les enfants peuvent choisir à laquelle prendre part, puis changer au gré de leurs envies. Un goûter sain est offert aux participants.

 

  •       

 

  • Midnight Sports, Bussigny, jeunes de 13 à 17 ans: La pandémie de la Covid-19 a entrainé une forte réduction des contacts sociaux et des activités de loisirs. Les conséquences observées sont, notamment, l’augmentation de l’isolement social, de la violence, des situations conflictuelles dans les familles, ainsi que de la consommation de substances addictives. Les groupes de population vulnérables sont particulièrement touchés. La promotion de l’égalité́ des chances, la préservation de la santé mentale et la promotion de l’activité physique qui sont au cœur de ce programme n’en sont que plus importantes. En s’adressant aux jeunes de tous les milieux sociaux, indépendamment de leur sexe, statut social, origine ethnique ou compétences sportives, ce programme gratuit est réfléchi afin de contribuer activement à l’intégration des jeunes, notamment celles et ceux ayant un parcours migratoire. Il agit également contre les modes de comportement problématiques souvent liés aux sorties du week-end et participe concrètement à la prévention des dépendances, en utilisant le sport pour atteindre les objectifs fixés.

 

  •      

 

  • Programme Coaches, jeunes de 13 à 25 ans, bénéficiaires et responsables des projets: Que ce soit dans le cadre des projets, OpenSunday, MidnightSports ou les autres projets de Idéesport, Minimove et EverFresh, les évènements sont co-organisés, mis en œuvre et encadrés par des adolescents et jeunes adultes, les coachs. Ce programme Coachs permet aux jeunes de prendre des responsabilités et de s’impliquer dans la vie de leur commune. L’aide apportée par les chefs de projet ainsi que les formations initiales et continues assurées par IdéeSport leur offrent le soutien et l’impulsion dont ils ont besoin pour assumer leurs tâches variées et exigeantes. Il a été démontré que ce programme exerce une influence positive sur les coachs en leur permettant d’acquérir des compétences sociales, professionnelles et personnelles, telles que la capacité́ de prise de décision ou la gestion de conflits, de renforcer leurs ressources et d’élargir leur réseau. Il représente ainsi un domaine d’apprentissage extrascolaire important où ces jeunes peuvent augmenter leurs chances futures sur le marché́ de l’apprentissage et du travail.
  •      

Bénéficiaires : Des enfants et jeunes de tous horizons, entre 6 et 25 ans.

https://www.ideesport.ch

 

Contexte :

L’EPER, l’Entraide protestante suisse, s’engage, en Suisse, dans de nombreux projets d’intégration sociale et de défense des droits des personnes socialement défavorisées.

L’Espace Parents est l’un des 11 projets mené par le Siège romand de l’EPER. C’est un dispositif d’intégration sociale et de soutien à la parentalité qui existe depuis 2009 à Neuchâtel. Il accueille gratuitement et sans rendez-vous des parents de tous horizons dans un lieu convivial.

Offre à bas seuil, de proximité, particulièrement adaptée aux familles isolées et fragilisées notamment issues de la migration, l’Espace Parents accompagne les familles pour un renforcement des compétences parentales, numériques et langagières de base.

L’Espace Parents propose un complément aux prestations déjà existantes dans le canton et, depuis 2021, a développé ses activités à La Chaux-de-Fonds afin d’offrir un soutien aux familles du haut du Canton, prenant ainsi une dimension cantonale.

Depuis 2012, l’Espace Parents est soutenu et mandaté par la Ville de Neuchâtel (service de la cohésion sociale pour son travail de soutien à la parentalité.) Le canton de Neuchâtel, par le biais de son Service de la cohésion multiculturelle soutient le projet Espace Parents dans le cadre des programmes cantonaux d’intégration, sur les axes « petite enfance » et « langues et compétences de base ».

Depuis 2021, le Service de la protection de l’adulte et de la jeunesse du canton de Neuchâtel a inscrit l’Espace Parents parmi les partenaires de son concept cantonal de soutien à la parentalité.

Depuis 2022, la Ville de la Chaux-de-Fonds soutient également les activités pour les familles du haut du Canton.

Projet :

Pour l’année 2022, la Fondation Pierre-Henri Ducret soutient ce projet et plus particulièrement les ateliers parents-enfants préscolaires.

Ces ateliers parents-enfants proposent un accueil hebdomadaire à la fois libre et sans inscription. Des animations conçues tout spécialement pour les jeunes enfants, sont proposées autour d’un fil rouge. Parents et enfants y découvrent jeux de société, de construction ou de motricité, histoires lues à haute voix, comptines et chansons, activités créatives. Enfants francophones comme non-francophones développent ainsi leur langage, apprennent à se concentrer et à collaborer, découvrent colle, ciseaux et pinceaux et passent un moment riche avec leur(s) parent(s). Les pères et les mères passent également un moment de qualité avec leur(s) jeune(s) enfant(s). Ils rencontrent d’autres familles, découvrent quantité d’activités possibles et stimulantes pour les tout jeunes et se familiarisent avec les compétences attendues lors de l’entrée à l’école.

Depuis 2018, en collaboration avec l’association PIP (prévention de l’illettrisme dès le préscolaire) des ateliers sont organisés pour les enfants afin de leur faire découvrir les livres et l’écrit en compagnie de leurs parents.

Bénéficiaires:

Les familles isolées et fragilisées notamment issues de la migration.

https://www.eper.ch/projets/en-suisse

 

Référent Fondation Ducret : Marina Froidevaux

Projet :

L’Organisation Suisse Sagarmatha soutient deux centres pour enfants défavorisés à Katmandou.

Le centre Sagarmatha est une maison d’accueil créée en 2002 à Katmandou. L’association suisse Sagarmatha qui soutient ce projet a été fondée en 2010. Elle est reconnue d’utilité publique depuis 2013. Les enfants sont pris en charge dès l’âge de 5-6 ans et quittent le centre à la fin de leur scolarité ou de leur formation. Ils sont nourris logés et encadrés. Le centre représente davantage une véritable famille qu’un foyer d’accueil. Actuellement 36 enfants ou adolescents issus de milieux défavorisés (dont certains sont orphelins)  y vivent.

Objectifs :

  • Offrir une éducation scolaire
  • Fournir un logement, une alimentation, des soins médicaux adaptés
  • Organiser une formation professionnelle pour les enfants qui terminent leur scolarité.

La Fondation Pierre-Henri Ducret prend en charge une partie des frais de scolarité des enfants.

Contexte :

Le Népal possède un revenu annuel par habitant qui est l’un des plus faibles au monde. Un Népalais sur quatre vit avec moins de 1,25 dollars par jour. La crise Covid-19 a encore affaibli le pays et diminué ses rentrées financières car le tourisme représentait une source importante de revenus pour une partie de la population.

Bénéficiaires : Des enfants défavorisés à Katmandou au Népal dès l’âge de 5 ans.

www.sagarmatha.ch

 

Référent Fondation Ducret : Marina Froidevaux

ProjetDans son programme culturel, la Fondation Ducret a souhaité mettre à l’honneur en 2022 Chaplin’s World afin de faire découvrir aux enfants ce joyau de la Riviera en proposant des billets gratuits pour les jeunes.

Contexte : Charlot est une figure intemporelle et un magnifique exemple de résilience. Le personnage inclut tous les immigrés, les défavorisés du monde. Son langage corporel est accessible à tout âge. Son message, porteur d’espoir et teinté d’humour, ouvre les cœurs. Charlie Chaplin s’est battu pour les plus démunis et dénonce dans son œuvre les injustices et les inégalités.

Bénéficiaires : Grâce à une convention de partenariat avec Charlie Chaplin Museum Foundation, la Fondation Pierre-Henri Ducret a permis à 120 enfants accompagnés de 30 adultes de se rendre gratuitement au Musée Chaplin pendant la durée de l’exposition temporaire The Kid, entre le 18 mars et le 25 septembre 2022.

 

 

Busajo Campus est un centre d’accueil et de réhabilitation pour les enfants vivant dans la

rue, dans la région de Soddo en Ethiopie construit par Busajo onlus, ONG italienne, avec le

soutien du gouvernement éthiopien et la coopération italienne.

Donner une chance à ces garçons et filles, socialement marginalisés qui ont fui la campagne

pour échapper à la misère, et à la crise humanitaire décrétée en 2021 par le UNHCR et liée à

la guerre civile. Leur fournir une éducation de base et surtout les aider à développer un sens

critique afin qu’ils puissent se protéger et éviter un destin sinon inéluctable, la navette entre

la rue, le crime et la prison pour les garçons et la prostitution ou les mariages forcés et

violences sexuelles ou encore l’esclavage domestique pour les filles.

Les activités de formation se poursuivront avec d’autres groupes même après la fin du

financement. La durabilité est garantie par la diversification des sources de financement et

par les activités génératrices internes que ce projet permet d’augmenter.

Les fonds alloués par la Fondation Pierre-Henri Ducret sont destinés à la partie éducative du

projet, la scolarité et l’éducation à un lifestyle sain (alimentation, exercice physique,

prévention des addictions, respect de l’environnement)

Bénéficiaires : 100 enfants et adolescents qui sont hébergés sur le campus pendant 12 mois

et plus de 650 enfants semi résidents et les enfants des employés du camp, qui vont pouvoir

fréquenter les écoles de Soddo: écoles publiques, Liqa , Kindergarten, Morning Star, Abba

Pascal, et les écoles du soir. Ils vont recevoir des fournitures scolaires ainsi que 100 birrs

pour de l’argent de  poche. 123 enfants recevront aussi un uniforme.

 

Responsables du projet :  Emine Durmaz et Anne-Sophie Bovet

Référent Fondation Ducret : Marina Froidevaux

Projet : La Bibliothèque interculturelle Globlivres – Association Livres Sans Frontière a inauguré le vélo-à-livre, une bibliothèque ambulante avec différentes sorties dans la région Lausannoise entre mars et octobre 2022. L’objectif principal de ce projet est de rendre la lecture accessible et conviviale et de mettre à disposition des livres dans la langue première des familles habitant la région.

But de l’Institution :

  • offrir des livres dans la langue première des familles habitant la région.
  • préparer les enfants à un avenir meilleur par l’acceptation de l’autre et la compréhension mutuelle.
  • proposer un espace convivial où chaque immigré peut retrouver, dans les témoignages de sa culture, les repères qui confortent son identité et jalonnent son chemin vers l’intégration.
  • construire une passerelle entre pays d’origine et pays d’accueil.
  • faire découvrir la richesse et la variété du monde en éveillant l’intérêt des enfants à d’autres cultures.

Bénéficiaires : Enfants migrants de la région lausannoise et leur famille

https://www.globlivres.ch/

Chef de projet :  Marc Luna Atelier des enfants, action directe en bidonville, Lima.

Référent Fondation Ducret : Marina Froidevaux

Projet : L’objectif principal de ce projet est d’assurer les soins de santé et la transmission des connaissances en matière de prévention aux familles vivant dans des zones de forte vulnérabilité et ayant des enfants de moins de 18 ans.

Contexte : Le Pérou a été très touché par l’épidémie de COVID-19. Il occupe la première place de surmortalité dans la pandémie, ce qui est un reflet d’un système de santé en faillite. Le projet du Bus de la Santé développe trois axes de travail :

  1. Les apprentissages participatifs qui permettent au programme d’être perçu comme utile et nécessaire pour assurer une meilleure qualité de vie.
  2. Communauté pour les enfants : Cette confiance construite avec la communauté permet de développer une vision en commun sur les droits des enfants et ainsi améliorer leur qualité de vie.
  3. Développement de porte-paroles : Les leaders communautaires et chaque personne qui participe aux actions du Bus de la Santé deviennent des porte-paroles de la prévention, des bonnes pratiques et des droits des enfants dans la communauté. Ceci permet d’assurer la durabilité en assurant des apprentissages qui font partie des actions et pensées des habitants de la communauté.

Bénéficiaires : Plus de 650 familles, touchant 80% des jeunes enfants de ces communautés.

Atelier des enfants, A Taller de los Ninõs

https://www.atelierdesenfants.ch

 

L’ Association Roule ma Poule est une association suisse, sise à Aubonne, « née » en 2015, reconnue d’utilité publique et de ce fait sous exonération d’impôts. Son objectif est de financer des projets à visées humanitaires, les bénéficiaires étant principalement des enfants orphelins, oubliés et abandonnés en République Démocratique du Congo, plus précisément à Beni, dans le Nord Kivu, où la population est fréquemment victime d’exactions et de massacres perpétues par les rebelles islamistes.

Roule ma Poule prend actuellement en charge une centaine d’orphelins, certains en famille d’accueil, d’autres dans son orphelinat, évitant ainsi qu’ils deviennent une cible facile pour les rebelles qui en font par la suite des enfants – soldats. Une fois atteint l’âge adulte et avec un apprentissage en poche, ces enfants passent en « Maison de Transition » (HappyStart), où ils participent modestement au paiement du loyer, démarrent un métier et se familiarisent avec la vie autonome, pour ensuite voler de leurs propres ailes et quitter l’Association.

L’ aide apportée n’est pas seulement médicale et psychologique, L’Association organise également la scolarisation des enfants, et se bat contre la malnutrition due à la pauvreté et enseigne les bases de l’hygiène. Tous les projets sont développés dans une logique de transfert de connaissances, de prise d’autonomie, et donc de développement durable, entre autres, en créant des micro-entreprises qui par la suite s’autofinancent. Roule ma poule offre un avenir !

En juillet 2021, l’occasion d’acquérir leur propre orphelinat s’est présentée, et la Fondation Ducret soutient ce projet.

Fondée en 1987 à Ouagadougou, au Burkina Faso, par Mme Josette Boegli, la Maison du Cœur repose sur un concept simple de solidarité direct entre individus. Elle accueille les enfants les plus vulnérables et vient en aide aux femmes en grande précarité.

Josette Boegli y a consacré 30 ans de sa vie avant de créer une association en Suisse chargée de prendre la relève de la gouvernance du projet. C’est Mme Hadiaratou Kotéqui qui conduit actuellement la Maison du Cœur. Elle y a passé son enfance et connait donc très bien ses besoins. Dès sa création, la Maison du Cœur a été reconnue par le ministère burkinabé de l’action sociale et intégré dans son dispositif d’accueil de mineurs en danger. Par ailleurs, en reconnaissance de l’importance de son travail et de son implication personnelle hors du commun, la Présidence du Faso a décerné le titre de Chevalier de l’Ordre National du Burkina Fosa à Josette Boegli en 2006.

La Maison du Cœur, fonctionne sur le modèle de la grande famille africaine, avec ses valeurs de respect, de fraternité et de solidarité. Sans considération ethnique ni religieuse, l’accueil y est toujours chaleureux. Aujourd’hui, 35 enfants sont confiés à la Maison du Cœur par le ministère de l’action sociale burkinabé (orphelins, ou bénéficiaires de mesures de protection de l’enfance). Elle leur apporte tout ce qu’ils n’ont pas : un toit, de la nourriture, la sécurité, l’éducation, la santé. Ils vont enfin pouvoir s’épanouir, et reprendre le cours de leur développement.

La Maison du Cœur, c’est aussi un modèle d’accompagnement basé sur la rencontre entre les savoirs pédagogiques suisses, la culture locale et le modèle traditionnel burkinabé.

Ainsi, les droits fondamentaux de l’enfant sont garantis sans pour autant déraciner les enfants de leur culture. Les axes éducatifs et scolaires sont prioritaires afin d’offrir les plus grandes chances d’autonomie à l’âge adulte.

Afin de maintenir leur intégration dans leur milieu d’origine, le mode de vie et le niveau de confort est très proche de celui des familles de la classe populaire du pays. Comme c’est traditionnellement le cas, chaque enfant participe à l’effort commun, à la hauteur de ses moyens. Les plus grands prennent par exemple soin des plus jeunes.

D’autre part, la Maison du Cœur soutient matériellement la scolarité de plus de 120 élèves extérieurs des environs. Cette aide, attribuée sur la base d’enquêtes sociales, est déterminante pour la poursuite de leur scolarité.

Au Burkina Faso,  l’équipe du personnel salarié :

  • une responsable éducative et administrative
  • un éducateur
  • une gouvernante
  • une cuisinière
  • un gardien agent d’entretien
  • une couturière à temps partiel

Chacun est impliqué dans l’encadrement et l’éducation des enfants.

En Suisse, une association avec un comité bénévole représenté par :

– Josette Boegli, fondatrice et présidente.

– Ladislas Hierholtz, vice-président et représentant exlcutif chargé du suivi opérationnel du projet.

Le budget de la Maison du Cœur s’équilibre à 58’000 CHF /an.

Tous les fonds récoltés sont intégralement reversés à la Maison du Cœur. Les frais administratifs en Suisse, frais de déplacement au Burkina Faso, s’élèvent à moins de 2% du budget d’exploitation. L’engagement des membres de l’association est entièrement bénévole.